Priez qu’elle ne vienne pas pour vous

Nous sommes en plein dans le 3ème millénaire et depuis, l’homme est immortel. Grâce à une technologie ultra-avancée, l’espèce humaine a su vaincre la mort. Désormais, on ne meurt plus de maladie et on est même capable d’être ressuscité. Alors afin de réguler la population sur Terre, un nouveau métier a été crée… Celui de Faucheuse. Les Faucheuses sont chargées de « glaner » (autrement dit « tuer ») aléatoirement un nombre précis de personnes par an. Alors, priez qu’elle ne vienne pas pour vous…

Durant notre lecture, nous allons suivre deux protagonistes qui vont être choisis pour devenir Faucheur. Citra, une jeune femme compétitive mais horrifiée de devenir Faucheuse. Et Rowan, un jeune homme qui a passé sa vie à être mis à l’écart.

Du bon… et du moins bon

Commençons par le bon ! 

J’ai beaucoup aimé le concept du livre qui soulève une question très pertinente « Que ferions-nous si on vainquait la mort ? ».

A l’ère où l’homme meurt de plus en plus tard et où la médecine fait de plus en plus de progrès, l’idée de devenir immortel parait déjà plus possible qu’il y a 200 ans. Il en est de même pour ce métier de Faucheuse. Car oui, si demain la population ne meurt plus, mais continue à procréer, il faudra bien trouver une solution. C’est une alternative très intéressante à celle du contrôle des naissances. De plus, le métier de Faucheuse est très bien expliqué et contient de belles nuances et réflexions philosophiques sur la vie, la mort et son importance.

2

Seulement il y a un (gros) mais…

Je n’ai pas du tout accroché au roman (Ne me jetez pas de pierres). Et vous n’imaginez pas ma déception parce que cette lecture, je l’attendais ! J’ai lu bon nombre de critiques élogieuses et… Malheureusement, non.

Déjà, je n’ai pas été capable de me projeter. Dans le livre, on nous informe que c’est en 2047 que l’homme est devenu immortel. Donc dans 30 ans. Sachant qu’on a mis plus de 20 ans a ne serait-ce que regrouper en un seul médicament le traitement contre le Sida, et qu’on est toujours pas capable d’éradiquer le cancer… Qu’on arrive à tromper la mort dans 30 ans, moi je n’y crois pas.

En plus de ça, je trouve que la population ne correspond pas du tout à l’idée que je me fais d’une civilisation immortelle. Seulement quelques comportements « déviants » très intéressants sont évoqués et survolés, mais sinon grosso-modo, on est les mêmes sauf qu’on est immortel. Bah non, désolé, mais je pense que la société changerait énormément si elle savait qu’elle ne mourrait pas. Mais soit, ceci est un partie-pris de l’auteur.

A côté de ça, je n’ai eu aucune empathie pour les protagonistes. Citra n’est pas émouvante, mais agaçante et je trouve Rowan moue. Il y a guère un personnage qui est intéressant, Maître Goddard, mais même lui m’a déçu à la fin du livre. Je me demande même si le tome un n’a pas été écrit en partie uniquement pour ce Faucheur et son charisme à la Pulp Fiction.

Quant à l’intrigue, je n’ai pas été convaincue pour une seule raison : Elle répond à la première question que je me suis posée en lisant le synopsis, soit : « Que se passerait-il si un ou des Faucheurs étaient des psychopathes ? ». Certes, pour un premier tome c’est une très bonne intrigue. Mais je suis une lectrice difficile, et je n’aime pas me dire que l’auteur a écrit ce à quoi j’avais pensé dès le début. J’ai envie d’être surprise et me dire « Punaise, il est malin j’aurai jamais pensé à ça ». Surtout pour une lecture comme celle-ci qui se promettait innovante.

3

En somme, c’est une grosse déception pour moi car j’attendais beaucoup de ce livre. Je comprends les compliments qu’il a reçu car il y a de la recherche et de très bonnes idées, mais je n’ai pas été convaincue (ce qui n’engage que moi !).

Si vous l’avez aimé, n’hésitez pas à me dire pourquoi, peut être que j’aurai un autre regard sur cet oeuvre.