Le chocolat chaud de la lecture

On a tous dans notre bibliothèque un livre qui, lorsqu’on l’ouvre, nous embaume de son confort. Nous fait nous sentir bien. Comme si nous rentrions à la maison et que notre mère nous avait préparé notre plat préféré et qu’un bain plein de mousse nous attendait… (j’en fais un peu trop ?) Et bien pour moi, ce livre, c’est la saga Charley Davidson.

Un chocolat bien chaud, crémeux et recouvert de marshmallow

Charley est une héroïne pas comme les autres. Grande gueule, déjantée et dotée de troubles de l’attention, elle est surtout la grande Faucheuse. Charley peut voir les morts, et les faire passer à travers elle pour qu’ils regagnent l’au-delà. Accessoirement, elle est aussi détective privé et grande amatrice de café.

Quand j’ai entendu parler de cette saga, j’ai été vite découragée. 10 tomes ? Impassable ! Je n’aime pas les séries qui s’éternisent, je me lasse vite. Pourtant, je viens de terminer le quatrième tome et je cherche déjà à me procurer le cinquième.

Comment est-ce possible ? Qu’est-ce que cette histoire à de plus que les autres ? Eh bien je trouve tout simplement que cette saga est très bien structurée. Je m’explique…

Chaque livre suit deux histoires et un même schéma : Une enquête de Charley en tant que détective (une par livre), et une enquête de Charley (qui s’étend au fil des tomes) en tant que Faucheuse. Aucune de ces enquêtes ne fonctionnerait seule. Mais à deux, elles rythment très bien le roman (et personnellement j’adore les enquêtes !). Mais il n’y a pas que ça.

La structure du récit est similaire en terme de ressentit. Au début du livre, tout est léger et nouveau, on est vite embarqué. Vers la moitié, ça se complique et on veut en savoir plus. Puis à la fin, les choses partent un peu en vrille, si bien que lorsqu’on a refermé notre bouquin, on est rassasié et content qu’il n’y ait pas 50 pages de plus.

A chaque fois que je termine un Charley Davidson, je ne me vois pas en commencer un autre (j’ai essayé une fois et j’ai bloqué). Parce que c’est trop. Mais après deux, trois livres de ma PAL, je ne peux m’empêcher d’y retourner.

C’est exactement comme un chocolat bien chaud, crémeux et recouvert de marshmallow. Sucré, doux, agréable et très riche. Mais à la fin de la tasse, on se voit mal en boire une autre. Pourtant, rien ne nous empêche deux mois plus tard de nous en refaire un.

Je ne sais pas si j’arriverai jusqu’au tome 10, mais une chose est sûre, j’ai du mal à me détacher du personnage de Charley.

Et vous, connaissiez-vous cette saga ?