50 Shades of Grey – El James đŸ“–

Tout le monde en parle depuis bien un an, c’est dans la bouche des gens LE roman Ă©rotique Ă  lire, alors bon
 Je me suis lancĂ©e, pour vous et pour satisfaire ma curiositĂ© maladive sur ce roman qui dĂ©chire les avis.

1

À mes yeux ce livre n’est ni bon, ni mauvais. Il est trĂšs inĂ©gal, on pourrait presque dire qu’il a lui aussi 50 nuances. Lorsque je l’ai fini j’ai « compris » le sens des critiques qui le qualifiait de, je cite, ”livre Ă©rotique fait pour exciter les mĂ©nagĂšres frustrĂ©es”. Une critique quelque peu insultante et brutale pour celles qui ont aimĂ© le livre mais qui Ă  mon avis a Ă©tĂ© dite de la sorte pour choquer, justement.

En fait en soit cette critique Ă  « raison » sur un point : TOUT est fait pour exciter la femme. Un homme multi-milliardaire, torturĂ© et suffisamment jeune, mais pas trop, qui se retrouve envoutĂ© par une femme lambda qui pourrait bien ĂȘtre nous. Il reprĂ©sente un peu le fantasme Ă  la perfection pour la grande majoritĂ© des femmes. Maintenant de la Ă  dire « frustrĂ©es »…!

Mais afin de ne pas vous faire un pavĂ© ennuyeux et brouillon je vais dĂ©tailler mon avis sur ce livre en diffĂ©rents points. Ok ça sera peut ĂȘtre ennuyeux pour certaines.

Les personnages : 

En soit les personnages sont bien choisis. Une jeune fille qui ignore tout du sexe, et de l’amour, face Ă  un maniaque milliardaire et prĂ©sumĂ© trĂšs sexy. Mais ce que je regrette pour ce livre c’est qu’on devine tout Ă  fait comment ça va se passer et pourquoi ils rĂ©agissent de la sorte face Ă  certaines situations.

Pas compliquĂ© de comprendre la raison pour laquelle ce jeune homme de 27 ans, riche comme CrĂ©sus et adoptĂ©, a cette tendance sadomasochiste. C’est mĂȘme tellement Ă©vident que ça m’a ennuyĂ©e. Dans le genre clichĂ© on ne peut pas faire mieux et en plus le personnage ne le cache pas assez bien. Alors certes, on n’aime pas tous se creuser les mĂ©ninges pour comprendre un personnage mais pour moi, un homme vĂ©ritablement mystĂ©rieux
 bah c’est mystĂ©rieux !

Quant Ă  Ana, et bien dĂ©solĂ© mais je trouve ça assez banal qu’une jeune fille qui n’a pas connu son pĂšre Ă©tant petite et qui s’est attachĂ©e Ă  son beau-pĂšre que sa mĂšre a quittĂ© pour jongler avec pleins d’autres hommes, soit attirĂ© par un genre comme Christian Grey
 Dans le genre ”daddy issues” on a pas fait mieux. La faire tomber amoureuse d’un homme qui a l’autoritĂ© d’un pĂšre sur elle, c’est trop Ă©vident pour moi. Dommage.

L’écriture : 

LĂ  aussi le livre est trĂšs dĂ©routant. Autant la description des scĂšnes sexuelles ne laisse pas place Ă  l’imagination, mais bon Ă  la rigueur c’est un livre Ă©rotique donc bon
Soit. Mais ce qui m’a surpris c’est le vocabulaire. Par moment, El James a vraiment une plume superbe, qu’elle bousille juste aprĂšs. Lorsqu’on utiliser des mĂ©taphores poĂ©tiques ensuite suivi d’un ”Allez on y va !” ou ”J’vais te pilonner”
 Bah moi ça m’excite pas et ça m’énerve ! On ne jongle pas avec le vocabulaire soutenu puis familier, c’est dĂ©routant et ça dĂ©crĂ©dibilise complĂštement l’action ainsi que les personnages. On dirait que l’auteur a essayĂ© de faire plaisir Ă  tout le monde.

L’acte sexuel : 

Pour ce point je suis assez divisĂ©e -oui encore. D’un cĂŽtĂ© on sait, en lisant le livre, qu’il va s’agir de sadomasochisme -du moins on me l’avait dit avant- donc on ne peut pas vraiment blĂąmer ce fait. Mais aprĂšs je trouve ça dommage car 
 On aime pas tous le sadomasochisme. Si la soumission est quelque chose d’excitant pour la plupart des ĂȘtres humains il y a des limites Ă  ne pas franchir pour certains. Du coup durant l’histoire on jongle entre acte sexuel qu’on peut vraiment apprĂ©cier, et coup de cravaches. Imaginer me prendre un coup de fouet sur les seins ne m’excite pas, bien au contraire. Heureusement ce n’est pas tout le temps comme ça.

Cependant l’idĂ©e de faire dĂ©couvrir cet univers qui est TRÈS tabou chez les gens m’a plue. J’ai Ă©galement apprĂ©ciĂ© me sentir mal Ă  l’aise durant certains passages. On dĂ©couvre avec le personnage cette pratique sexuelle et ça change.

L’histoire : 

C’est pour moi le gros point mort du livre, d’oĂč la raison que je ne comprends pas : pourquoi en faire un film ? Parce que concrĂštement l’histoire c’est : une femme qui rencontre un homme et qui tombe amoureuse de lui, qui est si torturĂ© et ne peut se laisser aimer Ă  cause de ses dĂ©mons
 Donc en soit c’est banal. Le livre fait 562 pages et sans les scĂšnes de sexe il en ferait 200.

Et puis c’est bien trop simple. Il n’y a aucunes embĂ»ches, ce n’est mĂȘme pas rĂ©aliste le mec est clairement parfait -si on en oubli ces tendances qui peuvent en refroidir plus d’une. Il est a ses pieds, mais suffisamment pour se faire respecter, et fait tout ce qu’une femme pourrait rĂȘver. Je sais que c’est le but de faire fantasmer mais Ă  quoi bon s’exciter sur ce qui ne pourrait jamais arriver ? Il y a pleins de films pour ça.

J’aurais aimĂ© une histoire moins remplie de paillettes mais qui puisse nous arriver dans la vrai vie. C’est comme ces films pornographiques oĂč le livreur de sushi est attendu par la cliente en nuisette qui le remercie d’une gĂąterie. Vous y croyez les mecs vous ? Je ne m’attarderais pas sur la morale qui est carrĂ©ment Ă©crite Ă  la fin alors qu’on la devine dĂšs le dĂ©but.

2

En conclusion ce n’est pas un mauvais livre, mais il ne vaut pas son prix, ni deux suites. J’ai pris du plaisir Ă  lire le livre qui, oui, est Ă©moustillant par moment -c’est son but- mais qui ne restera pas gravĂ© dans ma mĂ©moire.

Je pense que si ce roman a beaucoup plu c’est parce qu’il est accessible Ă  tous (attention je ne dĂ©nigre personne en disant ça la preuve je fais partie de ce groupe de lecteurs. Je dis simplement que c’est un livre passe-partout qui ne possĂšde pas une patte particuliĂšre et propre Ă  un « style » de lectorat. Tous le monde n’aime pas les mĂȘmes Ă©crivains). Je n’achĂšterais donc pas la suite mais je suis contente de pouvoir dire ”je l’ai lu je peux en parler”. C’Ă©tait une expĂ©rience sympathique mais pas rĂ©volutionnaire. AprĂšs question Ă©rotisme pour ma part la saga de La CommunautĂ© du Sud en contient autant et l’histoire est bien plus accrocheuse.

Infos :

El James, 17€ pour 562 pages

Nombre de jour pour le lire : 5